Book Review: La vie secrète des écrivains

Critique littéraire du livre de Guillaume Musso

Salut mes ami.e.s ! Je reviens sur la chronique de fiction aujourd’hui à l’occasion d’une nouvelle collaboration qui sera dévoilée dans les semaines à venir ! Vous allez jouir d’un échange entre moi et un autre blogueur suisse. Tous nos deux, certes, qui ont un goût exceptionnel pour les romans qui nous font s’arrêter, lever les yeux de la page, et penser D’où vient-elle cette magie des mots

Pour l’instant on est ici pour faire un bilan du nouveau roman de Guillaume Musso, La vie secrète des écrivains. Comme je suis américaine, je trouve souvent mes recommandations de livres français sur Instagram. Sous forme de #bookstagramfrance, on est capable de suivre les tendances littéraires qui font rage selon des lectures/lectrices français.es. Sur ce, allons nous mettre à la tâche ! 

Dans ce petit blog, vous allez trouver trois critères qui m’ont permis d’arriver à ces conclusions. Il sonts :

  • la lisibilité du texte étant donné que je ne suis pas française 
  • le traitement du sujet et le déroulement de l’action
  • l’impression d’ensemble du texte

Tout d’abord, sachez que c’est un livre plein de suspense et de conseils dits “ utiles “ pour des écrivains. On suit des communiqués de presse au sujet de la disparition de l’auteur Nathan Fawles de la scène littéraire. C’est le jeune homme Raphaël Bataille qui déclenche un livre tiraillé entre la narration à la première personne et à la troisième personne. Celui-ci se met à la procédure de faire publier son manuscrit. Déterminé d’une extrême rigueur, Raphaël décide à partir vers l’île où  Nathan Fawles a prétendument pris sa retraite. 

Dès qu’il arrive, Raphaël comprend du comportement rétif de Fawles que son passé glauque lui a mené à s’isoler sur un île près de la Méditerranée. Fawles est évidemment tourmenté et misanthropique. On apprend que Fawles a autrefois été présent pendant la meurtre d’une famille en France. Est-ce qu’il a fuit parce qu’il était coupable ou peut-être il y avait un malentendu de la part de la journaliste qui est venu accuser Fawles ?  

Je ne vous raconte pas toute l’histoire car vous pouvez bien le lire vous-mêmes, MAIS je partage mon avis. J’ai trouvé ce bouquin abordable pour des lecteurs/lectrices étranger.e.s, meme si je ne suis pas 100% confiante en mes capacités avec le passé simple (un temps diabolique selon ceux/celles qui apprennent le français). J’ai du m’arrêter de temps en temps afin de chercher du vocabulaire qui semble essentiel à la compréhension du texte. Par exemple, je ne connaissais pas le nom “les insulaires” désignant des habitants de l’île. Tout de meme, je me suis débrouillée pas mal. 

Les observations sur l’acte de l’écriture sont au beau fixe. Des défis que quiconque qui écrivent rencontrent à un moment donné sont bien exprimés : « Ce n’était pas le syndrome de la page blanche ou le manque d’idées qui me paralysait. C’était l’impression pernicieuse de ne plus progresser dans mon écriture » (27).  

J’avoue que ce livre a été difficile de poser sur la table. Il y a énormément de rebondissements à s’attendre. Musso réussit à captiver ses lecteurs/lectrices. On a envie de savoir pourquoi le célèbre auteur Nathan Fawles a dénoncé la gloire et a opté pour une vie solitaire et sombre. Toutefois, j’ai eu plusieurs problèmes en arrivant à la fin du livre. 

Laissez-moi citer l’épilogue de Musso : « Comme dans un rêve étrange, chaque détail de la réalité peut se déformer et devenir élément essentiel d’une histoire en gestation. Alors ce détail devient romanesque. Toujour vrai, mais plus réel ». Mais je trouve très paresseux de la part de l’auteur de s’insérer lui-meme dans l’histoire. C’est la personne fictive de Musso qui finit par conclure que Nathan Fawles, au bout de compte, a trouvé le bonheur. Cette technique de démêler le vrai du faux n’est pas novatrice, et après avoir passé près de 315 pages suivant le suspense, j’étais déçue de découvrir ce mécanisme de l’écriture substituant l’intrigue à l’expérimentation au gré de la fantaisie de Musso. Mais bon, c’est lui qui l’a écrit !  

Si vous êtes fan de suspense, lisez-le. Le vocabulaire est riche et le dialogue vive convient à ceux et celles qui ne sont pas certain.e.s comment l’exécuter dans leurs propres écritures. Je n’ai pas une grande impression après l’avoir fini, c’est-a-dire que le bouquin ne reste pas gravé dans mon mémoire. Cependant, La vie secrète des écrivains m’a aidé à développer mon vocabulaire et les commentaires sur l’amour de l’écriture m’ont plu. 

Belle lecture mes ami.e.s. 

P.S. N’oubliez pas de pardonner mes fautes d’orthographes ou mes erreurs de la formation des phrases. Je continue à faire de mon mieux. 

Header image // FB Guillaume Musso

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: